Deux écoles : avec ou sans grue. La première école est celle des bateaux entiers, qui sont sortis de l’eau sur un simple plan incliné, en utilisant le treuil de la remorque. La formule la plus simple et une réelle autonomie. Une seule règle : ne jamais immerger la remorque, sauf pour les pneus. Ils préfèrent les marées hautes pour une plus grande pente et moins de boue et d’algues glissantes.

Lancement avec une grue

La deuxième méthode ? La grue. Pour les quillards, c’est la seule façon de procéder. Si possible, équipez votre voilier d’un anneau de harnais. Le lancement est beaucoup plus rapide – plus besoin de la barre transversale et des sangles – et surtout à portée de main. Demandez aux clubs de voile, qui disposent généralement d’une petite grue. Moins cher et toujours disponible !

L’arbre après le lancement

Une variante pour le fonctionnement de la grue : démontez – ou montez – votre grue transportable. Le mât incliné simplifie le fonctionnement de la grue – plus de supports ou de girouettes pour chatouiller la flèche de la grue. Et il est beaucoup plus facile d’abaisser le mât à un mètre de la surface que de doubler la hauteur au-dessus de la médiane, une fois que le bateau est sur sa remorque.